Plaza Mayor

PLACE PRINCIPALE.

Dans le cœur de la ville, et présidant le vieux quartier, se trouve la Plaza Mayor. Porteuse d´un sublime sol de pavé au tracé irrégulier, se trouve divisée en deux fractions par un ruisseau bouillonnant présent toute l´année. Ce qui attirera l´attention du visiteur satisfait sera le bassin ou fontaine qui se trouve au centre de la place. Réalisée en roche granitée et créé en l´année 1888, c´est un des monuments les plus représentatifs de la localité.
Les vastes porches qui se trouvent sur les côtés est et sud de la Place, recourent la façade de deux édifices qui protègent l´Hôtel de Ville et un ensemble de maisons de la localité. Le fait que ces porches ne continuent pas dans la longueur de façon opposée (Nord-Sud), comme cela serait d´usage dans les porches de forme « portiques », mais en direction est et sud. Dans tous les cas ils remplissent leur fonction de donner un transit couvert aux piétons et en d´autres temps il servait au marché.
La Place héberge aussi l´emblématique tour-clocher du XVI siècle, porteuse de l´emblème de Carlos V, très probablement dû à la fidélité que la ville eut pour le monarque comme conséquence de la présence de l´Ordre de l´Hôpital de San Juan de Jérusalem dans la zone.

MAISON DE SERVICE

Pour conséquence d´être l´ancienne capitale de division de Jálama, San Martin de Trevejo fleurira durant des siècles comme la localité la plus éminente de la zone jusqu´á l´existence du dernier commandeur de Trevejo, Esteba Riaño, nommé en 1789.

"Los Abuelos" de San Martín de Trevejo

CHAUSSEE MEDIEVALE

La nommée Chaussée Do Portu, située à l´entrée Nord de la ville, sert de libre connexion entre le quartier ancien de la localité et le superbe port de Santa Clara. Jusqu´au XX siècle bien entamé c´était la voie qui communiquait la Vallée de Xálima á la province de Salamanca. Au long de ses 5 kilomètres de parcours le voyageur pourra se délecter avec la sérénité que transmet une profonde masse de vieux châtaigniers, chênes et  bruyères, créant un air frais et pur.

 

Situé au début de cette ancienne chaussée se trouve une source au fort débit naturel : le Pilón das Hortas. Cette inépuisable fontaine d´eau a une fonction bien plus pratique que décorative pour les grandes propriétés que possèdent ses eaux.

QUARTIER DE SAN SEBASTIÁN

Le pittoresque quartier de San Sebastian se trouve décoré par diverses rues qui possèdent des escaliers d´accès à ses maisons, lesquelles dans certains cas sont accompagnées d´insolites bancs de pierre. Á souligner aussi ces voies pour les superbes et robustes portes dotées de grandes serrures qu´elles possèdent ainsi que pour les poutres de bois qui captiveront le visiteur durant son parcours.

La rue de San Juan et la rue Batuecas sont seulement quelques exemples de la typique architecture de cet endroit. Comme il est propre à la ville, ces rues se trouvent dotées d´un ancien canal irrigable qui dans l´actualité est un des plus grands attractifs de la municipalité : les ruisseaux. Ces éléments prouvent l´importance de l´eau dans le passé de la ville, une eau, avec laquelle Jálama a baptisé ce recoin depuis le passé jusqu´à nos jours.

Barrio San Sebastián
Casco Histórico

REST DU QUARTIER HISTORIQUE

Les rues de San Martin de Trevejo ont, toutes, la beauté de leurs façades pleines de décoration. S´entrecroisent l´architecture populaire avec les maisons seigneuriales a l´histoire solide, lesquelles invitent le voyageur à s´arrêter à contempler ses façades de pierre, comme ses nobles emblèmes. Quatre entrées historiques dans cette localité : l´entrée du Port, l´entrée du Pont de San Pedro, l´entrée de San Juan et l´entrée du Fort. Dans l´intérieur de ces quatre entrées brille la maison des seigneurs d´Ojesto, la maison des seigneurs Santos Ageros, la maison du Rectorat et la maison de la famille Figuerola.

Quelques rues méritent une mention spéciale pour sa signification historique :

La rue de la Ciudad (calli A ciai), qui accueillent de nombreuses maisons charpentées de trois étages composées de deux portes rustiques propres au canton : une de taille suffisante pour donner accès à la maison et une autre plus spacieuse par laquelle on a accès à la cave.

La rue Hôpital (calli Do Hospital), laquelle doit son nom, très probablement, à l´Ordre de l´Hôpital de San Juan de Jérusalem, administratrice à cette époque de cette localité. Ses façades rocheuses donnent refuge à la mousse fraiche qui, avec ses toits fermés, reçoivent le voyager en l´immergeant dans le passé.

ÉGLISE SAN MARTIN DE TOURS

Très près de la Plaza Mayor, se trouve l´église de San Martin de Tours, terminée de construire en l´année 1653. A l´intérieur de ses trois nefs les mañegos sauvegardent un de ses précieux trésors : les planches de l´illustre peintre Luis de Morales. Nous ignorons encore aujourd´hui de quelle façon sont arrivées à la ville ces trois planches qui sans aucun doute ont fait partie d´un retable de grande taille.
Un autre des trésors de ce bâtiment se trouve dans l´abside de l´église : un précieux tombeau gardé par deux boucliers qui protègent, pour l´éternité, le couple qui a contribué économiquement a la construction de ce prodigieux temple.
Il est également indispensable de visiter le retable majeur du XVIII siècle qui préside l´abside su temple, ainsi que deux autres retables de la même époque, qui héberge une toile de Santo Domingo de Guzmán.

Exterior Iglesia San Martin de Tours
Pilón del Chafaril, lavadero y figura de la lavandera

LE CHAFARIL

Alimentée d´eaux insatiables, la fontaine de Chafaril se trouve près d´un des ponts de la localité. Composé aujourd´hui de deux grandes fontaines qui accueillent les pétillantes eaux que versent ses trois tuyaux, elle protège une statue en honneur aux lavandières qui jusqu´a peu de temps amenaient leur labeur en cet endroit. Cette pratique se menait a bout intensément comme conséquence de l´existence d´un étang de moindre taille situé au niveau qui faisait office de lavoir.
Présidant la fontaine la plus ancienne, qui date de l´année 1538, se distingue un bouclier de l´empereur Carlos V, comme symbole de la loyauté que la ville rendait au monarque.

ERMITAGE DE LA CROIX BÉNITE

Il forme partie du grand ensemble architecto-religieux qui définit San Martin de Trevejo.
Cet ancien ermitage est porteur de l´image la plus vénéré de ce lieu, laquelle lui concède son nom : la Croix Bénite. De taille réduite, il protège un retable baroque du XVIII siècle. Dans des époques passées il fut siège de la confrérie la plus ancienne de la localité, la Vera Cruz, qui reste en vigueur. Il y a une constance de l´existence de cette confrérie depuis l´an 1576, bien qu´il existe probablement avant cette date.

Puisque ce type de congrégations se caractérisait par son austérité et discipline dans ses processions, les premières confréries ont été fondées dans des couvents, hôpitaux et ermitages.
Ainsi, la Vera Cruz promut à la joie de tous les fidèles mañegos cet ermitage détaillé depuis où tous les 3 mai a lieu la festivité la plus illustre de San Martin de Trevejo.
L´ermitage de la Croix Bénite se trouve à quelques 500 mètres de la ville, très près d´un des vestiges le plus important de l´histoire de cette localité : l´actuellement nommé couvent de San Miguel.

Ermita de la Cruz Bendita
Pozitus de la Calle A Ciai

OS POZITUS

C´est de façon décorative aujourd´hui que s´accumulent les représentatives « mares » mañegas (ou puzitus) dans quelques rues de la localité. Alors que dans le passé elles étaient beaucoup plus nombreuses, les « mares » localisées rue A Ciai  avec la Maison des Seigneurs d´Ojesto. Bien que dans l´actualité elles possèdent un caractère purement ornemental, dans le passé elles supportaient l´important labeur d´étancher la soif des animaux domestiques.

MAISONS SEIGNEURIALES

Durant le parcours du quartier historique de San Martin de Trevejo vous pourrez observer différentes maisons seigneuriales, comme la maison de D.Santos Agero ou la maison des Ojesto.
Cette dernière est un noble palais situé en face de l´église Paroissiale, en plus de se démarquer par sa porte solennelle mariée à deux colonnes qui président sa façade, elle compte une importante histoire provenant de la Guerre de l´Indépendance, époque à laquelle la Maison des Seigneurs d´Ojesto reçut la Capitainerie Générale de l´Armée de Castille.

Interior Casa Señorial de D.Santos Agero